Édito : L’alimentation intuitive

Cet article est en collaboration avec l’Expo Manger Santé et Vivre Vert

Alimentation2

Lorsque nos amies de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert, avec lesquelles nous avons la chance de collaborer depuis maintenant 3 ans, nous ont contacté afin de nous proposer d’être partenaire de l’événement 2020, nous avons tout de suite accepté. En effet, la mission et les valeurs de cet événement d’envergure (qui fête sa 23e édition cette année!) nous rejoignent particulièrement. L’alimentation et le bien-être font partis des thématiques-clés des contenus que nous proposons sur le magazine et ce, depuis plus de 6 ans. Nous avons également eu le privilège de discuter avec la fondatrice Renée Frappier le temps d’enregistrer un podcast spécial pour l’occasion, ainsi que de vous partager notre vision de l’alimentation intuitive dans cet article éditorial écrit à quatre mains.

L’alimentation intuitive, c’est quoi?

Le concept de l’alimentation intuitive est très simple. Il se résume à manger lorsque l’on a faim et de cesser lorsque la satiété se fait sentir. L’objectif derrière cette nouvelle façon de voir l’alimentation est d’éliminer les régimes et les diètes, les restrictions alimentaires, la culpabilité.

L’alimentation intuitive nous ramène à notre essence même, à l’écoute de notre corps. Apprendre à réellement faire la distinction entre la faim, la soif, le besoin de se distraire, les stresseurs, etc. L’alimentation intuitive ne veut pas dire de manger 4 poutines par jour parce que c’est ce que l’on désire manger, mais plutôt de s’écouter, de manger en pleine conscience, de se nourrir d’aliments frais et non transformés, de cuisiner davantage. Bref, tout réside dans l’essence de l’action de se nourrir.

Sarah : Personnellement, je crois que j’ai toujours pratiqué l’alimentation intuitive comme façon de m’alimenter. Je n’ai jamais suivi de régime ou compté mes calories. Je mange et cuisine ce qui me plaît, en priorisant les aliments complets et de qualité. Évidemment, nous avons des repas plus copieux ou des repas de fin de semaine (livraison et take out!) et ces moments sont toujours reçus avec plaisir. Je crois que si nous mangeons sainement, que sommes actifs le plus possible et que nous prenons soin de notre tête et de notre corps, notre métabolisme saura nous indiquer si nous avons faim ou pas (bien sûr, certains problèmes de santé demandent plus de suivi).

Virginie : Pour ma part l’alimentation intuitive me permet d’avoir une meilleure relation avec l’alimentation. En effet, réapprendre à m’écouter, à manger et cuisiner en pleine conscience me permet de rester loin des diètes et dogmes alimentaires (que j’ai longtemps suivis), en plus de stimuler ma créativité. Un truc qui m’a beaucoup aidé à cheminer est de pratiquer d’avantage l’introspection et de me questionner sur mes envies alimentaires : à savoir si celles-ci étaient motivées par une simple gourmandise ou plutôt pour vouloir combler un manque, gérer un stress ou pallier une situation désagréable.

_MG_1514_FEVRIER_BS

Quelques trucs pour commencer à cuisiner intuitivement

  1. S’inspirer

Ça semble bien simple et évident, mais prendre le temps de s’inspirer en regardant des images de plats savoureux ou d’aliments frais peut automatiquement nous donner envie de cuisiner et de manger certains plats.

Virginie & Sarah : En effet, nous aimons toutes les deux feuilleter des magazines de recettes ou des photos sur Instagram et Pinterest afin de nous inspirer en cuisine. La plupart du temps, nous ne suivons pas de recettes, mais nous nous laissons inspirer par une image. Une photo de salade et de légumes grillés vous fait envie mais vous n’aimez pas la sauce moutardée présentée dans la recette ni les choux de bruxelles? Laissez-vous inspirer par l’idée générale, soit de cuisiner une belle salade tiède de légumes grillés et choisissez les légumes qui vous font envie, tout simplement!

  1. Choisir les aliments avant les recettes

Vous avez envie de manger des tomates depuis 1 semaine? Pourquoi ne pas simplement écouter cette envie qui vous inspirera une panoplie de recettes : sandwich aux tomates, mijoté à la tomate, ratatouille, etc. Écouter nos envies alimentaires fait partie de ce processus de non-restriction. S’écouter et se faire plaisir permet d’éviter de compenser ailleurs (en mangeant 6 biscuits aux pépites de chocolat un jeudi soir devant la télé, car on a restreint notre alimentation toute la semaine). On mange d’abord avec les yeux, alors si les aliments nous font de l’oeil et nous donnent envie de manger et de cuisiner, allons-y!


« Si l’appétit vient en mangeant, le plaisir de cuisiner vient en pratiquant! »


  1. Cuisiner davantage et dans le plaisir!

Bien sûr, ce n’est pas donné à tous d’être un bon cuisiner et encore moins d’aimer la cuisine. Si vous désirez commencer à cuisiner ou à approfondir vos connaissances, faites-le dans le plaisir et à votre rythme. Commencez par vous laisser guider par les aliments qui vous interpellent; au besoin suivez des recettes, puis lentement mais sûrement et au fil de vos apprentissages, laissez-vous guider par votre créativité. Réapprenez à vous écouter, à vous faire confiance.

Que ce soit en écoutant de la musique ou des podcasts, prenez plaisir à cuisiner seul ou en famille. Plutôt que de voir la cuisine comme une tâche, percevez-la comme un moment méditatif ou encore un bon moment à partager avec votre conjoint(e) et les enfants.

En conclusion, rappelez-vous que l’alimentation intuitive, ce n’est pas uniquement ce que l’on met dans notre assiette, mais plutôt le plaisir que l’on prend à choisir et à préparer les aliments avec lesquels on souhaite se nourrir.

En espérant que cet article sur l’alimentation intuitive vous inspire à cuisiner plus. D’ailleurs, si vous désirez visiter l’Expo Manger Santé et Vivre Vert de Montréal, Québec ou Sherbrooke, retrouvez tous les détails de l’événement ici.

Commentaires

Suivez-nous sur instagram

Top